INFORMATIONS POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES

  • standard text size
  • medium text size
  • big text size

Na pokładzie samolotu

Montée au bord et sortie du bord de l’avion

Le personnel de l’avion doit être préparé pour Vous assister pendant votre entrée au bord de l’avion et à la sortie.

Si un passager handicapé change de l’avion, la ligne aérienne le transportant est obligée de lui assurer l’assistance pendant le déplacement entre les avions. En principe les lignes aériennes donnent la priorité aux passagers handicapés pendant la montée au bord de l’avion.

Dans les avions de plus de 100 places dans la cabine est prévue la surface spéciale pour le fauteuil roulant du passager. Si l’avion a plus qu’un couloir de passage au moins une toilette devrait être accommodée pour les personnes handicapées. Si le passager contactant la ligne aérienne l’assure qu’il est capable de se servir de la toilette non-accommodée, une telle toilette doit être accessible.

Assistance médicale au bord de l’avion

L’assistance médicale au bord pendant le vol est assurée par les lignes aériennes ; il faut prendre en considération que la qualité de cette assistance dépendra de la ligne aérienne et du type du vol. Pour la plupart des vols internationaux l’équipage est préparée pour accorder l’aide médicale selon les procédures préétablies. Les avions plus grands, exécutant les vols de long distance ont au bord les boîtes de pharmacie et l’équipement médical pouvant être utilisé par le médecin ou une autre personne qualifiée en cas de l’incident pendant le vol.

Les lignes aériennes peuvent refuser au bord les personnes qui ne sont pas capables de prendre soin d’elles-mêmes pendant le vol – ainsi, si nécessaire, Vous devez être accompagné par une personne compétente.

Ce principe concerne aussi les personnes qui ne peuvent pas se déplacer par leurs propres forces et ne peuvent pas p.ex. passer seules du fauteuil roulant sur la toilette. Pour obtenir les informations plus concrètes, contactez la ligne aérienne.

En général les lignes aériennes exigent que la personne responsable pour le passager soit toujours dans sa proximité si ce passager voyage sur le brancard ou dans l’étuve à incubation.

Si le handicap ne permet pas au passager de sortir de ses propres forces de l’avion au cas de danger, la ligne aérienne peut exiger que ce passager soit accompagné par une autre personne, responsable pour lui.

De même si le passager souffre des fortes lésions de la ouïe, de la vue ou la faiblesse d’esprit, à cause desquelles elle peut ne pas réagir aux instructions de l'équipage dans la situation urgente, la ligne aérienne peut exiger que ce passager voyage avec quelqu’un qui s‘occupe de lui.

Si la ligne aérienne n’assure pas un tel assistant, le personne accompagnant le passager handicapé doit payer le prix de son vol. Il peut être utile d’entrer en contact direct avec la ligne aérienne ; certaines d’elles acceptent de transporter l’assistant de la personne handicapé à titre gratuit.

Demandez toujours à l’avance si Vous êtes obligé de voyager avec la personne accompagnante ou non.

Vols avec un fauteuil roulant ou un autre équipement aidant à se déplacer

Selon les lois de sécurité de FAA les lignes aériennes sont obligées à transporter l’équipement aidant les déplacements des passagers qui en ont besoin.

Cet équipement n’est pas compté comme une partie du bagage de cabine autorisé. L’équipement moins volumineux p.ex. les cannes, les béquilles ou les fauteuil roulants plus légers peuvent être transportés dans la cabine des passagers.

Réservez votre billet d’avion à l’avance, non seulement parce qu’il sera moins cher. Une telle attitude Vous laisse assez de temps pour prévenir la ligne aérienne que Vous allez vous déplacer en fauteuil roulant.

Parlez-en au moment de la réservation de votre billet pour Vous assurer une place près du passage – ce qui facilitera votre déplacement du fauteuil roulant au siège.

Si le vol est très long et Vous ne serez pas capables de venir sur vos jambes jusqu’à la toilette, la réservation d’une place près du passage est une chose essentielle.

La plupart d’avions disposent des places destinées pour le fauteuil roulant pliable ou pour une de ses parties. Ces éléments sont prioritaires aux bagages de cabine des autres passagers à condition que la personne voyageant avec son fauteuil roulant n’entre pas à l’avion à une étape de son vol, pendant une escale p.ex.

Selon les règlements, les fauteuils roulants et autre équipement aidant à se déplacer sont toujours déchargés en premier ordre, ils seront rendus au passager le plus vite possible et le plus près de la sortie de l’avion possible.

Si le fauteuil roulant est trop volumineux et l’on devra le démonter pour le voyage, la ligne aérienne est obligée de le rendre au passager à l’état identique à celui dans lequel elle l’a accepté.

La procédure concernant les fauteuil roulants à moteur électrique est réglée à part. Equipés de batterie, ils doivent être transportés comme objets dangereux, alors soumis à la réglementation concernant les objets dangereux.

Les batteries qui risquent de couler doivent être sorties du fauteuil roulant, sauf si ce fauteuil peut être fixé en position verticale et la batterie est bien fixée à lui.

Les batteries fermées hermétiquement n’ont pas besoin d’être enlevées du fauteuil roulant, sauf si elles sont endommagées et leur contenu risque de couler.

Ce sont les lignes aériennes qui doivent établir si la batterie risque de couler ou non. Il est bien de savoir que les lignes aériennes ne sont pas autorisées à exiger le paiement à part pour avoir emballé de la batterie.

Voyageant sur le brancard

Les lignes aériennes plus importantes acceptent les passagers sur les brancards, pourtant ces passagers doivent être accompagnés par le surveillant médical.

Le prix pour le transport du brancard correspond au prix de 6 à 9 places assises, ce qui doit couvrir le prix des places non-vendues.

Le certificat médical, acceptant le transport aérien d’un tel passager est exigé. Nous suggérons le contact avec la ligne aérienne au plus tôt possible au cas d’un déplacement pareil.

Vols avec les chiens d’assistance

Les vols avec les chiens d’assistance (*chiens-guides, chiens de service) seront toujours soumis aux lois concernant la quarantaine dans chaque pays. Ce sont les services de ce pays qui doivent donner leur accord pour le vol du chien. Le certificat vétérinaire sera toujours exigé.

La ligne aérienne ne peut pas refuser d’accepter au bord le chien d’assistance s’il dispose de tous les marquages et des certificats nécessaires. Il est toujours bien de poser la question à la ligne aérienne concernant la documentation exigée.

Pendant le vol les chiens de service seront soumis à des règles de sécurité ; p.ex. ils ne peuvent pas se trouver dans les couloirs ou les passages pour ne pas les encombrer dans une situation critique.

Muni de tous les certificats et documents exigés, le chien d’assistance doit être accepté au bord sans le prix supplémentaire.

Les chiens d’assistance ne sont pas soumis aux règles concernant les vols avec les animaux domestiques.